Dernières nouvelles récentes sur la fibromyalgie mais pas que.

Quand même dire que la recherche n’existe pas ?

On va peut être enfin pouvoir un jour diminuer les opioïdes ! Grace à une molécule du cerveau qui déjà était connu pour accroitre la douleur dans le cancer, on va peut être pouvoir utiliser des médicaments existants pour soulager la douleur chronique.

Bien sur, il va falloir passer à l’homme, car les tests ont été fait sur des souris comme souvent. Et la découverte est brevetée…..

Mais c’est un bel espoir.

L’article est fort bien écrit et documenté. Gageons qu’il va faire des vagues !

Informations de référence : J Clin Invest . 2022;132(12):e154317.

https://doi.org/10.1172/JCI154317.


L’intensité de la douleur dépend du cycle biologique de 24 heures. Ne soyez pas étonnés d’être réveillés vers 3 ou 4 heures du matin.

De plus un déficit en sommeil augmente le ressenti douloureux.

Une nouvelle approche ciblée vers des traitements moins dévastateurs car mieux ciblés?

https://presse.inserm.fr/lintensite-de-la-douleur-est-controlee-par-lhorloge-interne/45657/


Chroniques du syndrome de l’intestin irritable (SII).

La revue Cochrane suggère que l’activité physique pourrait améliorer quelque peu les conditions des personnes en souffrance, mais pas la qualité de vie ni la douleur abdominale.

https://www.cochrane.org/fr/CD011497/GUT_quels-sont-les-benefices-et-les-risques-de-lactivite-physique-chez-les-personnes-atteintes-du


Manger ou bouger ? Il ne faut pas choisir. Les deux sont nécessaires, et les deux sont à pratiquer sainement. Il est important de souligner que l’un ne peut aller sans l’autre.

Ding D, Van Buskirk J, Nguyen B, et al

Physical activity, diet quality and all-cause cardiovascular disease and cancer mortality: a prospective study of 346 627 UK Biobank participants

British Journal of Sports Medicine Published Online First: 10 July 2022. doi: 10.1136/bjsports-2021-105195

https://bjsm.bmj.com/content/early/2022/07/08/bjsports-2021-105195


Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) des placebos? Possible, mais à vérifier. L’étude qui incrimine leur efficacité est fortement conspuée. Il est clair que si c’est le cas, ce serait un sacré pavé dans la mare.

http://www.slate.fr/story/231057/nouvelle-etude-depression-serotonine-scientifique-chimique-cerveau


On l’avait évoqué il y a quelques années pour la fibromyalgie ; on attend toujours les suite.

Les israéliens avaient suggéré que l’utilisation d’un caisson hyperbare afin de réparer par oxygénothérapie était une bonne solution.

Cette fois c’est la même chose, pour le covid long. D’après eux le succès est au rendez-vous.

Avec « une amélioration significative des fonctions cognitives, neurologiques et psychiatriques.« 

Nous verrons si l’avenir avec d’autres études confirme ces prétentions.

Zilberman-Itskovich, S., Catalogna, M., Sasson, E. et al. Hyperbaric oxygen therapy improves neurocognitive functions and symptoms of post-COVID condition: randomized controlled trial. Sci Rep 12, 11252 (2022). https://doi.org/10.1038/s41598-022-15565-0


Syndrome douloureux régional complexe. Un sacré ennui aussi cette chose appelée encore SDRC.

Pour information deux substances utilisées pour

  • polyarthrites rhumatoïdes,
  • psoriasis en plaques,
  • spondylarthrites ankylosantes,
  • spondyloarthrites axiales,
  • rhumatismes psoriasiques,
  • arthrites juvéniles idiopathiques.

pour l’ÉTANERCEPT 

  • polyarthrites rhumatoïdes,
  • rectocolites hémorragiques,
  • rhumatismes psoriasiques.

pour TOFACITINIB

auraient une possibilité dans cette pathologie douloureuse.

La traduction étant assez mauvaise, espérons simplement que les suites seront prometteuses.

Krisztina Pohóczky, József Kun, Nikolett Szentes, Tímea Aczél, Péter Urbán, Attila Gyenesei, Kata Bölcskei, Éva Szőke, Serena Sensi, Ádám Dénes, Andreas Goebel, Valéria Tékus, Zsuzsanna Helyes,
Discovery of novel targets in a complex regional pain syndrome mouse model by transcriptomics: TNF and JAK-STAT pathways,
Pharmacological Research, Volume 182, 2022, 106347, ISSN 1043-6618, https://doi.org/10.1016/j.phrs.2022.106347.
(https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1043661822002924)


Abstract: Complex Regional Pain Syndrome (CRPS) represents severe chronic pain, hypersensitivity, and inflammation induced by sensory-immune-vascular interactions after a small injury. Since the therapy is unsatisfactory, there is a great need to identify novel drug targets. Unbiased transcriptomic analysis of the dorsal root ganglia (DRG) was performed in a passive transfer-trauma mouse model, and the predicted pathways were confirmed by pharmacological interventions. In the unilateral L3–5 DRGs 125 genes were differentially expressed in response to plantar incision and injecting IgG of CRPS patients. These are related to inflammatory and immune responses, cytokines, chemokines and neuropeptides. Pathway analysis revealed the involvement of Tumor Necrosis Factor (TNF) and Janus kinase (JAK-STAT) signaling. The relevance of these pathways was proven by abolished CRPS IgG-induced hyperalgesia and reduced microglia and astrocyte markers in pain-associated central nervous system regions after treatment with the soluble TNF alpha receptor etanercept or JAK inhibitor tofacitinib. These results provide the first evidence for CRPS-related neuroinflammation and abnormal cytokine signaling at the level of the primary sensory neurons in a translational mouse model and suggest that etanercept and tofacitinib might have drug repositioning potentials for CRPS-related pain.
Keywords: Complex regional pain syndrome; Passive transfer-trauma mouse model; Unbiased transcriptome profiling of the dorsal root ganglia; Neuroinflammation


Et encore une publication qui ne sert guère à grand chose au vu de ses conclusions.

Nous la citons simplement pour l’idée de comparer la thérapie comportementale affective-cognitive et de la relaxation musculaire progressive de Jacobson.

Rôle comparatif de la thérapie comportementale affective-cognitive et de la relaxation musculaire progressive de Jacobson dans la gestion de la douleur chez  les patients atteints de

fibromyalgie , Émirats arabes unis 2  Département de psychologie clinique, Institut Amrita des sciences médicales, Kochi, Kerala, Inde 3  Département de rhumatologie, Institut Amrita des sciences médicales, Kochi, Kerala, Inde

https://www.indianjrheumatol.com/preprintarticle.asp?id=345785


La résilience (la capacité à surmonter les chocs traumatiques en particulier) c’est pas votre fort les amis?

Image par Mirko Bozzato de Pixabay 

Cette étude le proclame. Une étude sur cent personnes…..et 65 autres non fibromyalgiques, dans uen universités (non, non, aucun biais, bien sur….) ; et bien dépressifs, hein !

Ismail, ZNE, Hefny, MA & Hendi, AE Impact de la résilience sur la gravité de la maladie et les comorbidités psychiatriques chez les patients atteints de fibromyalgie. Égypte Rheumatol Rehabil 49, 37 (2022). https://doi.org/10.1186/s43166-022-00136-y


Le post-COVID-19 serait une maladie différente de la fibromyalgie, (qui n’ont pas l’air d’être plus atteints que d’autres populations à risques), avec peut être des similarités pathogènes.

Probablement, malgré les similitudes. Cela avait été constaté plus ou moins en 2003 :

l’infection par le SRAS-COV-1 de 2003 en Asie de l’Est, produite par un autre coronavirus, a déclenché chez certains des patients un syndrome post-infectieux avec des douleurs musculo-squelettiques chroniques généralisées, de la fatigue, une dépression et des troubles du sommeil similaires à la FM et à l’EM/SFC

Moldofsky H, Patcai J. Douleurs musculo-squelettiques généralisées chroniques, fatigue, dépression et troubles du sommeil dans le syndrome post-SRAS chronique ; 
une étude cas-témoins. 
BMC Neurol. 
2011;11(1):37.

Rivera, J., Rodríguez, T., Pallarés, M. et al. Prévalence du post-COVID-19 chez les patients atteints de fibromyalgie : une étude comparative avec d’autres maladies rhumatismales inflammatoires et auto-immunes. Trouble musculosquelettique BMC 23, 471 (2022). https://doi.org/10.1186/s12891-022-05436-0


Nous n’oserions pas publier de telles conclusions mais nous les portons cependant à votre connaissance.

200 000 mille femmes sont concernées, au moins.

Les implants contraceptifs Essure qui firent couler de l’encre à une époque….

la question du rôle de ces métaux lourds dans la physiopathologie des symptômes attribués aux implants Essure

https://doi.org/10.1016/j.gofs.2022.02.062

G. Chene,
Dissémination des métaux lourds des implants contraceptifs essure issue de l’étude de cohorte prospective ABLIMCO, Gynécologie Obstétrique Fertilité & Sénologie , Volume 50, Issue 5, 2022,
Page 449, ISSN 2468-7189, https://doi.org/10.1016/j.gofs.2022.02.062.
(https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2468718922000915)


Abstract: Contexte
Sur les 200 000 femmes françaises porteuses des implants Essure, un certain nombre se sont plaints de symptômes peu spécifiques gynécologiques (douleurs, ménorragies) et surtout systémiques (type fibromyalgie-like). Des études préliminaires ont démontré une amélioration de la symptomatologie après explantation des implants chez les patientes symptomatiques. Les implants sont constitués de fibres de polyester et de métaux lourds parmi lesquels le nickel, le chrome et l’étain pourraient avoir un potentiel de toxicité. Nous avons voulu évaluer les concentrations peropératoires de nickel (Ni), chrome (Cr) et étain (Sn) dans le liquide péritonéal et au niveau des trompes de Fallope lors de l’explantation des implants chez des patientes symptomatiques par rapport à un groupe témoin.
Méthodes
Les concentrations de Ni, Cr et Sn ont été déterminé par spectrométrie de masse dans deux groupes : groupe A (patiente symptomatique bénéficiant d’une explantation des implants Essure) versus groupe B (témoins non porteuses d’Essure opérées d’une chirurgie bénigne).
Résultats
Le groupe A comportait 131 patientes et le groupe B 92 témoins. On retrouvait une concentration significativement plus élevée en Cr et Ni dans le liquide péritonéal du groupe A par rapport aux témoins (p<0,0001) alors que le taux de Sn était équivalent dans les deux groupes (p=0,58). Il y avait une concentration plus élevée de ces 3 métaux dans les trompes du groupe A par rapport à celles du groupe B. Nous avons mis en évidence une concentration différentielle dans les trompes du groupe A avec un niveau plus élevé de métaux au contact de l’implant et un niveau plus bas à distance. Enfin, nous avons observé une cinétique des concentrations de métaux en relation avec la durée de présence des implants Essure.
Conclusions
Les concentrations différentiels entres ces métaux au niveau des trompes de Fallope et du liquide péritonéal ainsi que leur dissémination chez les patientes porteuses des implants Essure et à l’inverse l’absence de ces éléments métalliques chez les témoins posent la question du rôle de ces métaux lourds dans la physiopathologie des symptômes attribués aux implants Essure.


Consommation alimentaire moderne et besoin de réassurance. Un parallèle avec la santé moderne :

Wejdene Yanhui, Nibrass Hajtaieb El Aoud,


Le besoin de réassurance : de la psychologie au comportement du consommateur Une investigation théorique appliquée au cas de la consommation alimentaire moderne,
La Revue Gestion et Organisation, Volume 7, Issue 1, 2015, Pages 1-8, ISSN 2214-4234,
https://doi.org/10.1016/j.rgo.2015.03.003.
(https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2214423415000071)


Abstract: Les investigations théoriques du besoin de réassurance sont rares en marketing. Dans cet article, nous nous sommes basées sur les résultats d’une étude qualitative afin de définir le besoin de réassurance face à la consommation alimentaire contemporaine. En plus, nous sommes revenues aux origines psychologiques de la réassurance et nous avons discuté les théories sous-jacentes à cette notion pour comprendre son sens et l’adapter correctement à l’étude du comportement du consommateur dans le contexte alimentaire moderne. Ce travail, dont l’intérêt est essentiellement théorique, s’inscrit parmi les travaux rares introduisant le besoin de réassurance dans l’étude du comportement du consommateur. Des travaux futurs peuvent se baser sur cette conceptualisation pour identifier les déterminants de ce besoin.
Keywords: Besoin de réassurance; Consommation alimentaire; Modernité alimentaire; Conceptualisation

https://doi.org/10.1016/j.rgo.2015.03.003


Un nouveau médicament pour le sommeil autorisé….mais il ne convient pas aux hyper-sensibles en particulier. De gros effets secondaires….gérable …pour l’agence européenne…..Un espoir ? Pour dormir plus vite d’après la description…

Le principe actif est le daridorexant ; nom commercial : Quviviq

https://www.ema.europa.eu/en/medicines/human/EPAR/quviviq


Les fibromyalgiques seraient gros consommateurs d’opioïdes et de cannabis.

Mais l’étude s’est faite avec un nombre très réduit de personnes. Elle serait à reproduire, même si certaines conclusions paraissent être logiques avec ce que nous savons.

Perspectives des patients sur l’activité de la maladie, les médicaments et la consommation de substances chez les personnes atteintes de fibromyalgie

Thomas Khoo ,  Catherine L Hill , Elizabeth Hoon , Samuel Whittle 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9084383/


La vitamine est incontournable :

Méta-analyse

L’efficacité de la vitamine D dans le traitement de la fibromyalgie : une méta-analyse d’études contrôlées randomisées et une revue systématique

Kang Qu, Ming-xi Li, Yu-ling Zhou, Peng Yu Dong Ming


Et on reparle des petites fibres. Ca se précise un peu, mais on n’est pas encore au top sur la question.

https://www.mdpi.com/2075-4418/12/5/1135


On a évité l’association entre le polymorphisme COMT rs4680 (G>A, Val-158-Met) et le risque de fibromyalgie. A priori.

https://db.koreascholar.com/article?code=414111

Si un chercheur est disponible pour nous expliquer?


Le covid long ou post-covid ne parait pas avoir d’impact sur la sévérité de la fibromyalgie. Sauf que apparait très largement sujette à caution et à biais. Nous la proposons ici pour information.

Rivera, J., Rodríguez, T., Pallarés, M. et al. Prévalence du post-COVID-19 chez les patients atteints de fibromyalgie : une étude comparative avec d’autres maladies rhumatismales inflammatoires et auto-immunes. Trouble musculosquelettique BMC 23, 471 (2022). https://doi.org/10.1186/s12891-022-05436-0


 les caractéristiques cliniques de la FM sont courantes chez les patients qui se sont rétablis de la COVID-19 et que l’obésité et le sexe masculin affectent le risque de développer une FM post-COVID-19

Ursini F, Ciaffi J, Mancarella L, Lisi L, Brusi V, Cavallari C, D’Onghia M, Mari A, Borlandelli E, Faranda Cordella J, La Regina M, Viola P, Ruscitti P, Miceli M, De Giorgio R, Baldini N, Borghi C, Gasbarrini A, Iagnocco A, Giacomelli R, Faldini C, Landini MP, Meliconi R. Fibromyalgia: a new facet of the post-COVID-19 syndrome spectrum? Results from a web-based survey. RMD Open. 2021 Aug;7(3):e001735. doi: 10.1136/rmdopen-2021-001735. PMID: 34426540; PMCID: PMC8384499. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34426540/


Samedi 21 mai 2022

Anti inflammatoires il vaut mieux s’en passer. En tout cas ca n’aide pas dans le mal du dos, bien au contraire.

Dernières nouvelles récentes sur la fibromyalgie mais pas que.

A lire sur Futura Santé :

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/corps-humain-anti-inflammatoires-responsables-douleurs-chroniques-98489/?utm_source=nl_hebdo&nl_optin=optin_sante&utm_content=20220517&utm_campaign=sante&utm_medium=email&xtor=EPR-20-HEBDO-20220517&uid=d7a3866525463f0d39b6bfd33f6b393b

Et pour ceux qui veulent creuser le sujet :

DOI : 10.1126/scitranslmed.abj9954


Dimanche 14 mai 2022

La déficience des petites fibres chez les patients atteints de fibromyalgie :

C’est une revue d’autres études qui alimente ces jours ci les médias.

50 % des patients atteints de fibromyalgie présentent des signes d’altération somatique et autonome des petites fibres, ce qui étaye davantage la preuve que la pathologie des petites fibres peut contribuer à la douleur et aux symptômes autonomes des patients atteints de fibromyalgie.

https://www.mdpi.com/2075-4418/12/5/1135/htm

une densité de fibres intraépidermiques plus faible chez les patients atteints de fibromyalgie que chez les témoins sains

https://www.mdpi.com/2075-4418/12/5/1135/htm

Mais en dehors de ca, sur des études complètement différentes et des échantillons de personnes elles aussi diverses, on n’avance pas beaucoup plus. Comme d’habitude d’autres études seront nécessaires etc…

Galosi, Eleonora, Andrea Truini et Giulia Di Stefano. 2022. « Une revue systématique et une méta-analyse de la prévalence de la déficience des petites fibres chez les patients atteints de fibromyalgie » Diagnostics 12, no. 5 : 1135. https://doi.org/10.3390/diagnostics12051135


Encore une étude pour rien sur l’activité physique. Ca se passe au Portugal et au Brésil. Ca parle de sport, et de qualité de vie. Sans aucune vérification physique, juste des questionnaires.

 

Conclusions : L’activité physique n’intervient pas dans la relation entre la fatigue et la qualité de vie. 

Cependant, 

les résultats montrent également que les dimensions de la fatigue associées à la fibromyalgie avaient une association négative et significative avec les indicateurs de santé physique et mentale dans les deux échantillons. 

Ainsi, les patients atteints de FM avec des scores plus élevés sur les symptômes liés à la fatigue pourraient souffrir davantage de la santé physique et mentale, qui sont toutes deux liées à la qualité de vie.

Alvarez, Marcos C., Maria L.L. Albuquerque, Henrique P. Neiva, Luis Cid, Filipe Rodrigues, Diogo S. Teixeira, Rui Matos, Raúl Antunes, Verónica Morales-Sánchez, and Diogo Monteiro. 2022. « Exploring the Relationship between Fibromyalgia-Related Fatigue, Physical Activity, and Quality of Life » International Journal of Environmental Research and Public Health 19, no. 8: 4870. https://doi.org/10.3390/ijerph19084870

L’allodynie froide est corrélée à la douleur mécanique paroxystique et évoquée dans le syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Des chercheurs scandinaves ont dirigé une étude dont l’objectif était d’examiner si les sous-groupes de SDRC différaient en ce qui concerne différentes caractéristiques de la douleur comme la douleur spontanée continue ou paroxystique et l’allodynie dynamique mécanique.

Les chercheurs ont suggéré que l’allodynie froide était basée sur l’hyper-excitabilité des nocicepteurs cutanés très superficiels.

Mécaniquement, le stimulus physique du froid peut démasquer l’hyperexcitabilité liée à la maladie par la fermeture des canaux potassiques sensibles à la température ou l’induction de courants résurgents. La dégénérescence des petites fibres seule peut ne pas être le mécanisme crucial du SDRC, ni expliquer la douleur.

Bien qu’il soit généralement admis qu’il n’y a pas de lien entre la douleur spontanée et évoquée, il est démontré une corrélation claire entre l’allodynie froide, l’allodynie tactile et la douleur paroxystique dans le SDRC, suggérant des nocicepteurs cutanés superficiels hyperexcitables comme source commune chez environ la moitié des patients.

Lunden, Lars Kristian, Kleggetveit, Inge Petter, Schmelz, Martin et Jorum, Ellen. « L’allodynie froide est corrélée à la douleur mécanique paroxystique et évoquée dans le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) » Scandinavian Journal of Pain, vol., no. , 2022.

https://doi.org/10.1515/sjpain-2021-0208


Cannabis thérapeutique bientôt le rapport d’étape : https://fibromyalgies.fr/2022/04/08/cannabis-therapeutique-le-1500-eme-patient-en-mars-un-an/


Symptômes dépressifs et pensées suicidaires pour le syndrome des jambes sans repos (SJSR)

Le taux de symptômes dépressifs, de dépression et de pensées/risques suicidaires était plus élevé 

https://doi.org/10.1002/mds.28903

A rapprocher de ceux des fibros peut être ? L’atteinte infernale aux vies épuisées douloureuses ui poussent à vouloir en terminer une fois pour toutes. Ca sera encore longtemps ignoré ?


Un éclairage sur les différences entre fibromyalgie et neuropathie des petites fibres ; cependant à ce jour, la séparation n’est pas encore nette, les tenants d’une atteinte du système central pouvant s’opposer à ceux estimant qu’il s’agit d’une sensibilité périphérique.

L’article est payant actuellement. Il ne s’agit que du résumé.

Florian Bailly,
Savoir différencier une fibromyalgie d’une neuropathie des petites fibres en pratique clinique,
Revue du Rhumatisme, 2022,
ISSN 1169-8330, https://doi.org/10.1016/j.rhum.2022.02.006.


(https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1169833022000308)


Abstract: Résumé


La fibromyalgie et la neuropathie des petites fibres sont des pathologies toutes deux caractérisées par des douleurs chroniques diffuses mais qui sont difficiles à individualiser cliniquement. Dans cette revue, nous décrirons les différences physiopathologiques et cliniques entre ces deux maladies. La fibromyalgie correspond à un dysfonctionnement du traitement de la douleur via le système nerveux central. La neuropathie des petites fibres quant à elle est liée à une diminution ou une dysfonction des petites fibres nerveuses intra-épidermiques. Des paresthésies, une allodynie, une sécheresse oculaire et buccale, des troubles de la sudation, une altération/modification de la couleur de la peau ; une réduction de la pousse des cheveux et des ongles, une hypoesthésie au chaud-froid pourrait être plus fréquente dans la neuropathie des petites fibres tandis que des céphalées et un syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur orientent vers une fibromyalgie. La distribution longueur-dépendante de la douleur est fréquente dans la neuropathie des petites fibres mais peut également intéresser le corps entier. Si ces deux maladies s’accompagnent volontiers de troubles anxio-dépressifs, un vécu de violences et d’abus sexuels durant l’enfance ou à l’âge adulte ou la présence d’un syndrome de stress post-traumatique doivent faire évoquer une fibromyalgie. Les rhumatismes inflammatoires et les troubles musculo-squelettiques sont fréquemment associés à une fibromyalgie tandis que les maladies métaboliques (notamment le diabète), l’exposition à des agents neurotoxiques, le syndrome de Sjögren, la sarcoïdose et le VIH sont principalement associés à la neuropathie des petites fibres. La biopsie cutanée, l’analyse sensorielle quantifiée, les potentiels évoqués laser, la microscopie confocale cornéenne ou la mesure de la conductance cutanée électrochimique sont des examens pouvant aider à discriminer une fibromyalgie d’une neuropathie des petites fibres.
Keywords: Fibromyalgie; Neuropathie des petites fibres; Douleur


A titre informatif. Beaucoup d’études commencent ainsi et ne sont pas suivies par la suite, souvent parce que le postulat de départ ne débouche sur aucun résultat exploitable par la suite.

Il existerait un lien entre hypertension intracrânienne idiopathique, fibromyalgie et syndrome de fatigue chronique.

https://www.proquest.com/docviewolopenaccess/2237752931

La traduction ne parait pas possible.

The link between idiopathic intracranial hypertension, fibromyalgia, and chronic fatigue syndrome: exploration of a shared pathophysiology

AuteurHulens, Mieke; Rasschaert, Ricky; Vansant, Greet; Stalmans, Ingeborg; Bruyninckx, Frans; Dankaerts, Wim

Pages3129-3140 Section Hypothesis Année de publication 2018 Date de publication2018 ÉditeurTaylor & Francis Ltd.e-ISSN1178-7090 Type de source Publication académique Langue de publication English DOI http://dx.doi.org/10.2147/JPR.S186878 ID de document ProQuest 2237752931 Copyright© 2018. This work is licensed under https://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/ (the “License”). Notwithstanding the ProQuest Terms and Conditions, you may use this content in accordance with the terms of the License.


Le genre d’étude pour culpabiliser, bizarrement ne concerne que les femmes. Reprise d’études précédentes. Il est clair qu’il y a sans doute des profils. C’est reporté dans l’étude Inserm. Mais c’est une hypothèse. L’étude ne démontre pas si ce ne serait pas la maladie qui enferme dans ce type particulier de comportement ou l’inverse. On a encore du travail. A quand une cohorte ?

Gokcen, N., Coskun Benlidayi, I., Tamam, L. 

et al. Personnalité de type D et estime de soi chez les patients atteints de fibromyalgie: une étude cas-témoin transversale. 

Rheumatol Int (2022). 

https://doi.org/10.1007/s00296-022-05118-z

On avance sur la migraine, dans sa compréhension. Avant des médicaments à nano-particules pour atteindre précisément les sièges des douleurs?

https://www.nyu.edu/about/news-publications/news/2022/february/migraine-pain-signals-generated-blocked.html


Femmes et hommes ; des différences confirmées, au moins pour la migraine. Mais quant à savoir d’où vient cette différence. Une étude sur des jumeaux, plus de 50 000, ce qui est rare.

Fitzgerald Morgan C., Saelzler Ursula G., Panizzon Matthew S.

Sex Differences in Migraine: A Twin Study inFrontiers in Pain Research VOLUME=2 2021

https://www.frontiersin.org/article/10.3389/fpain.2021.766718

DOI=10.3389/fpain.2021.766718 ISSN=2673-561X


Mesurer l’activité physique est important dans un contexte de fibromyalgie pour arriver à un niveau d’effort correct adéquat ( différent du niveau perçu).

López-Roig S, Ecija C, Peñacoba C, Ivorra S, Nardi-Rodríguez A, Lecuona O, Pastor-Mira MA. Évaluation des programmes de marche dans la fibromyalgie : une étude de concordance entre les mesures. Journal international de recherche environnementale et de santé publique . 2022 ; 19(5):2995. https://doi.org/10.3390/ijerph19052995

La migraine est un trouble neurologique caractérisé par une importante différence entre les sexes, de sorte que les deux tiers des personnes qui en souffrent sont des femmes

https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpain.2021.766718/full

Le sommeil a un effet direct sur la perception de la douleur, l’intensité de la douleur et l’incapacité liée à la douleur chez les jeunes souffrant de douleur chronique.

Droit, EF ; 
Kim, A.; 
Ickmans, K.; 
Palermo, TM Évaluation et traitement de la santé du sommeil chez les enfants et les adolescents souffrant de douleur chronique : état de l’art et orientations futures. 
J.Clin. 
Méd. 
2022 , 
11 , 1491. https://doi.org/10.3390/jcm11061491

  • Neuropathie des petites fibres possible dans al fibromyalgie ; une confirmation?

Droit, EF ; Kim, A.; Ickmans, K.; Palermo, TM Évaluation et traitement de la santé du sommeil chez les enfants et les adolescents souffrant de douleur chronique : état de l’art et orientations futures. J.Clin. Méd. 2022 , 11 , 1491. https://doi.org/10.3390/jcm11061491


ALIMENTATION :Absence de corrélation avec les apports alimentaires et compléments alimentaires.

il est peu probable que l’apport alimentaire explique les différences de microbiome intestinal ou le phénotype clinique de la fibromyalgie

l’apport alimentaire n’était pas corrélé à la gravité des symptômes

Minerbi, A.; Brereton, NJB; Anjarkouchian, A.; Moyen, A.; Gonzalez, E.; Fitzcharles, M.-A. ; Shir, Y.; Chevalier, S. L’apport alimentaire est peu susceptible d’expliquer la gravité des symptômes et les altérations du microbiome spécifiques au syndrome dans une cohorte de femmes atteintes de fibromyalgie. Int. J. Environ. Rés. Santé publique 2022 , 19 , 3254.

https://doi.org/10.3390/ijerph19063254


  • Une étude pour prédire la dépression chez les personnes atteintes de fibromyalgie. Une étude très intéressante qui a comparé des fibromyalgiques et des personnes souffrant d’arthrose. On pourrait prédire la dépression par des déterminants sociaux, de santé, démographiques et psychologiques.
  • L’étude confirme certains faits déjà connus, mais suggère que l’amélioration de la santé et du bien être psychologique pourrait atténuer la dépression.

Van Dyne, A.; Moy, J.; Laver, K. ; Thompson, L.; Skow, T.; Roesch, SC; Cronan, T. Santé, prédicteurs psychologiques et démographiques de la dépression chez les personnes atteintes de fibromyalgie et d’arthrose. Int. J. Environ. Rés. Santé publique 2022 , 19 , 3413. https://doi.org/10.3390/ijerph19063413


  • 19 mars 2022 : prévalence d’une douleur neuropathique chez les patients fibromyalgiques. A confirmer par des examens physiques.

Galiero, R.; Salvatore, T.; Ferrara, R.; Masini, F.; Caturano, A.; Docimo, G.; Borrelli, M.; Rinaldi, L.; Cuomo, G.; Sasso, F.C. The Role of Neuropathy Screening Tools in Patients Affected by Fibromyalgia. J. Clin. Med. 202211, 1533. https://doi.org/10.3390/jcm11061533


  • 11 mars 2022 : abus d’opioïde et douleur primaire ; la méditation de pleine conscience permettrait de diminuer les doses d’opioïdes et la douleur. Et c’est plus efficace qu’une thérapie de soutien. A prendre en compte ?

Garland EL, Hanley AW, Nakamura Y, et al. Mindfulness-Oriented Recovery Enhancement vs Supportive Group Therapy for Co-occurring Opioid Misuse and Chronic Pain in Primary Care: A Randomized Clinical Trial. JAMA Intern Med. Published online February 28, 2022. doi:10.1001/jamainternmed.2022.0033


  • 11 mars 2022 : l’exercice parait efficace dans le traitement de la lombalgie chronique.

https://www.cochrane.org/fr/CD009790/BACK_lexercice-dans-le-traitement-de-la-lombalgie-chronique


  • 09 mars 2022 : la vision serait différente de par une sensibilité visuelle plus élevée pour les fibromyalgiques ou les syndromes douloureux régional complexe (SDRC).

Visual Sensitivity in Complex Regional Pain Syndrome and Fibromyalgia: An Online Study

Antonia F. Ten BrinkJanet H. Bultitude

https://doi.org/10.1177/03010066211072641


  • 01 mars 2022 :Syndrome de fibromyalgie avec une fonction thyroïdienne normale : trop de traitements préconisés sans raison valable :

Aleksi, V., Elise, K. & Koskela, TH Utilisation excessive du traitement hormonal thyroïdien chez les patients atteints de fibromyalgie : une étude transversale dans les soins de santé primaires. BMC Res Notes 15, 83 (2022). https://doi.org/10.1186/s13104-022-05971-y

https://rdcu.be/cH1f0


  • 01 mars 2022 : douleurs cervicales ; diminution de l’épaisseur des muscles extenseurs cervicaux? (étude sur 41 personnes à confirmer par conséquent)

https://doi.org/10.1016/j.msksp.2022.102541


  • 01 mars 2022 : Dysfonctionnement cognitif (dyscognition) :
    • prédicteur de la douleur et de la fatigue ultérieure sur le long terme
      • Pourquoi ? dysrégulation centrale?
      • Perte de matière grise ?
      • Volume de matière blanche inférieur ?
    • douleur prédictif de dyscognition ultérieure (pas la fatigue)

https://doi.org/10.1016/j.mayocpiqo.2021.12.007Obtenir des droits et du contenu

De la recherche complémentaire via le biais d’une cohorte est nécessaire pour les auteurs de cette étude.


  • 20 février 2022 : fibromyalgie juvénile : des changements dans le développement du cerveau pour ces jeunes ?

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/art.42073


  • 20 février 2022 : Une prévalence de plus en plus élevée de douleur chronique a été signalée récemment parmi la population chinoise, pouvant atteindre 50 % chez les personnes âgées

https://www.dovepress.com/cultural-validation-of-the-chinese-central-sensitization-inventory-in–peer-reviewed-fulltext-article-JPR


  • 15 février 2022 : Des effets significatifs de l’inhalation de Cedrus atlantica ont été trouvés sur le soulagement de la douleur chez les femmes atteintes de fibromyalgie, et des avantages sur la capacité fonctionnelle, la fatigue, la raideur et l’anxiété.

Sous réserves de vérification ; nous ne somems ni médecins, ni pharmaciens, ni apothicaires

Efeitos da inalação do óleo essencial Cedrus atlantica na dor em fibromiálgicas: ensaio clínico piloto


  • 15 février 2022 : une cohorte permet de démontrer que plus les symptomes précédant la fibromyalgie sont nombreux, plus il y a de chances de développer une fibromyalgie.

Francis Creed,
The risk factors for self-reported fibromyalgia with and without multiple somatic symptoms: The Lifelines cohort study,
Journal of Psychosomatic Research,
Volume 155,
2022,
110745,
ISSN 0022-3999,
https://doi.org/10.1016/j.jpsychores.2022.110745.
(https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022399922000307)
Abstract: Objective
The numerous risk factors for fibromyalgia reflect its heterogeneous nature. This study assessed whether the predictors of fibromyalgia onset vary according to number of prior somatic symptoms.
Methods
The prospective, population-based Lifelines cohort study included 138,617 adults without fibromyalgia or marked muscle pain. At baseline socio-demographic status, physical and psychiatric disorders, psycho-social and behavioural variables were assessed as potential predictors. At follow-up (mean 2.4 years later) new onsets of fibromyalgia were recorded by self-report. The predictors of new onsets of self-reported fibromyalgia were assessed using logistic regression with interaction terms between key variables and number of somatic symptoms.
Results
At follow-up 679 (0.5%) participants reported new onset fibromyalgia. The strongest predictors were: female sex, rheumatoid and osteo-arthritis, IBS, impaired sleep, migraine, few years of education and impairment by bodily pain. Interaction terms with somatic symptoms were significant for years of education, low income, rheumatoid arthritis and no. of analgesics; these were predictors only for fibromyalgia with few somatic symptoms. Participants with multiple somatic symptoms had a higher number of predictors than those with few somatic symptoms.
Conclusion
This study suggests that people developing self-reported fibromyalgia with multiple pre-existing somatic symptoms have a high risk factor load reflecting risk factors for both fibromyalgia and multiple somatic symptoms. Self-reported fibromyalgia with few somatic symptoms has fewer predictors which may be specific to fibromyalgia. Future research could usefully study whether different pathophysiological mechanisms occur when fibromyalgia is preceded by high or low number of somatic symptoms.
Keywords: Fibromyalgia; Epidemiology; Risk factors; Somatic symptoms

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0022399922000307


  • 15 février 2022 : la stimulation magnétique continue d’être étudiée ; cette fois sur une difficulté moins décrite : la pénibilité de la double tâche (activités multiples) :

Gomez-Alvaro, MC ; Villafaina, S.; Léon-Llamas, JL; Murillo-Garcia, A.; Melo-Alonso, M.; Sánchez-Gómez, J.; Molero, P.; Cano-Plasencia, R.; Gusi, N. Effets de la stimulation transcrânienne à courant continu sur l’activité électrique cérébrale, la variabilité de la fréquence cardiaque et la performance à double tâche chez les femmes en bonne santé et atteintes de fibromyalgie : un protocole d’étude. Comportement Sci. 2022 , 12 , 37. https://doi.org/10.3390/bs12020037

https://www.mdpi.com/2076-328X/12/2/37#


  • 14 février 2022 Polyarthrite rhumatoïde : diagnostic précoce par un test buccal ?

Craig, G., Kenney, H., Nilsson, E.E. et al. Epigenome association study for DNA methylation biomarkers in buccal and monocyte cells for female rheumatoid arthritis. Sci Rep 11, 23789 (2021). https://doi.org/10.1038/s41598-021-03170-6

https://www.nature.com/articles/s41598-021-03170-6

L’allodynie froide est corrélée à la douleur mécanique paroxystique et évoquée dans le syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Les mécanismes du syndrome douloureux régional complexe (SDRC) sont encore débattus. Des chercheurs ont dirigé une étude dont l’objectif était d’examiner si les sous-groupes de SDRC (basés sur les résultats des tests sensoriels quantitatifs (QST)) différaient en ce qui concerne différentes caractéristiques de la douleur comme la douleur spontanée continue ou paroxystique et l’allodynie dynamique mécanique.

Méthode :

61 patients atteints de SDRC (types 1 et 2) ont été examinés cliniquement et avec la QST, dans les extrémités affectées et controlatérales, avec évaluation des seuils de chaleur, de froid et de douleur à la chaleur et au froid.

Les chercheurs ont suggéré que l’allodynie froide était basée sur l’hyper-excitabilité des nocicepteurs cutanés très superficiels.

Mécaniquement, le stimulus physique du froid peut démasquer l’hyperexcitabilité liée à la maladie par la fermeture des canaux potassiques sensibles à la température ou l’induction de courants résurgents. La dégénérescence des petites fibres seule peut ne pas être le mécanisme crucial du SDRC, ni expliquer la douleur.

Bien qu’il soit généralement admis qu’il n’y a pas de lien entre la douleur spontanée et évoquée, il est démontré une corrélation claire entre l’allodynie froide, l’allodynie tactile et la douleur paroxystique dans le SDRC, suggérant des nocicepteurs cutanés superficiels hyperexcitables comme source commune chez environ la moitié des patients.

Les chercheurs ont également trouvé une corrélation significative entre l’allodynie thermique et l’allodynie au toucher léger. L’intensité de la douleur continue était indépendante de l’allodynie et ne différait pas entre les sous-groupes.

La publication des résultats de cette étude a été envisagée par le Comité régional d’éthique dans le cadre d’une amélioration de la qualité également pour de meilleures options de traitement d’un matériel clinique sans qu’une approbation éthique ne soit réellement nécessaire. Les chercheurs ont quand même obtenu le consentement éclairé. Tous les patients ont été étudiés conformément aux directives éthiques et à la déclaration d’Helsinki.

Lunden, Lars Kristian, Kleggetveit, Inge Petter, Schmelz, Martin et Jorum, Ellen. « L’allodynie froide est corrélée à la douleur mécanique paroxystique et évoquée dans le syndrome douloureux régional complexe (SDRC) » Scandinavian Journal of Pain, vol., no. , 2022. https://doi.org/10.1515/sjpain-2021-0208

Tous les articles ou citations sont sous licence https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

ou

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Les articles ou citations ne sont pas modifiés. Seuls nos commentaires viennent en éclairage éventuel.