Carré de White

Tel que formulé dans cette petite histoire, on comprend mieux les freins à une reconnaissance des praticiens d’une maladie invalidante dont les symptômes, nombreux et variés, empêchent de poser un diagnostic direct, mais oblige à de nombreux tâtonnements. Quant à comprendre le patient dans sa souffrance, ou son désarroi…

Sur le site de Esculape

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.