Aller à…
RSS Feed

L’eau

Le fibromyalgique doit faire attention à son alimentation la plupart du temps.

Le moindre écart de conduite peut se payer par des allers fréquents au petit coin, sans savoir combien de temps cela durera.

L’hygiène de vie alimentaire et donc l’une des principales pensée de la personne fibromyalgique.

Mais qui dit alimentation dit aussi boire.

Boire est au moins aussi important que l’ingestion de nourriture.

Si, en plus, la personne fibromyalgique souffre de la maladie de Gougerot-Sjogren, boire devient une problématique incessante.

Nous sommes ravis de voir que nos députés s’intéressent si fortement aux eaux que nous buvons.

Voici les questions et les réponses à cette pertinente interrogation de savoir comment protéger notre “” de l’importation d’une en provenance de l’Amérique.

Nous aimerions plutôt connaitre les actions envisagées pour fournir une eau buvable sans surcoût dans l’ensemble des foyers français, en particulier en assainissant et en refondant un réseau en bout de course.

Nous aimerions aussi connaitre Les principes de précaution envisagés pour permettre une conservation sans faille d’une eau naturelle, ou d’une eau embouteillée traitée ou non.

Actuellement, les eaux que nous pouvons observer sont souvent posées sans aucune précaution devant des entrepôts, subissant pendant un certain laps de temps les agressions climatiques.

Nous aimerions aussi savoir ce qu’il est prévu d’être fait pour la conservation saine des nappes phréatiques si malheureusement actuellement la proie de l’agression des divers , et polluants que les stations d’épuration ont tant de mal à éliminer.

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-89684QE.htm

13ème législature

Question N° : 89684 de M. Yves Deniaud ( Union pour un Mouvement Populaire – Orne ) Question écrite

Ministère interrogé > Écologie, énergie, développement durable et mer Ministère attributaire > Travail, emploi et santé
Rubrique > consommation Tête d’analyse > information des consommateurs Analyse > eaux en bouteilles. dénomination

Question publiée au JO le : 05/10/2010 page : 10706

Réponse publiée au JO le : 08/02/2011 page : 1351

Date de changement d’attribution : 14/11/2010

Texte de la question

M. Yves Deniaud attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, sur la perspective d’une entrée, depuis les États-unis, sur le marché européen, d’une eau traitée embouteillée vendue sous le qualificatif « d’eau de table ». Alors qu’il existe trois appellations claires et sans équivoque actuellement (eaux minérales naturelles, eaux de source et eaux rendues potables par traitement), si une telle « eau de table » devait être vendue, nul doute que le consommateur serait induit en erreur et, par conséquent, cela porterait préjudice aux actuels producteurs. Dans l’hypothèse où cette perspective se confirmerait, il lui demande ce qu’il envisage de faire pour y remédier.

Texte de la réponse

Le code de la santé publique définit les règles administratives et sanitaires applicables aux eaux conditionnées. Celles-ci se répartissent en trois catégories différentes, les eaux minérales naturelles et les eaux de source qui sont régies par les dispositions de directives européennes, et les eaux rendues potables par traitements, régies par les articles R. 1321-91 à R. 1321-93 du code de la santé. Le marché des eaux rendues potables par traitements se répartit entre les fabricants et les distributeurs de bonbonnes de 18,9 litres mises à disposition du public par fontaines dans les entreprises et les établissements recevant du public (comme Château d’eau, Culligan, Anapurna, Nestlé Waters direct France regroupés dans l’Association française de l’industrie des fontaines à eau (AFIFAE) et le groupe ELIS), les conditionneurs et les établissements de restauration qui vendent à leur clientèle des eaux en carafe provenant des réseaux publics de distribution, ayant fait l’objet d’une filtration, afin notamment d’en éliminer le goût de chlore. Il ne s’agit pas des carafes d’eau du robinet mises gratuitement à disposition des consommateurs conformément à l’article 4 de l’arrêté n° 25-268 du 8 juin 1967. La directive du Conseil 75/106/CEE du 19 décembre 1974 modifiée concernant le rapprochement des législations des États membres relatives au préconditionnement en volume de certains liquides en préemballages encadrait la définition des contenants pour les eaux conditionnées et fixait la gamme des bouteilles jusqu’à 800 centilitres uniquement. Les volumes plus importants, notamment ceux des bonbonnes de 18,9 litres, échappaient ainsi à la réglementation des eaux conditionnées bien qu’il s’agisse souvent de la même eau et que les mêmes normes sanitaires y étaient appliquées à l’exclusion de celles relatives à l’étiquetage. Pour cette catégorie particulière, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait autorisé les opérateurs de fontaines à bonbonne à utiliser la dénomination « eau de boisson » sur leurs étiquettes. La directive n° 2007/45/CE du 5 septembre 2007 fixant les règles relatives aux quantités nominales des produits en préemballages, qui a abrogé la directive du 19 décembre 1974 et prévoyant l’abandon de la gamme des volumes obligatoires pour les eaux conditionnées à compter du 11 avril 2009, a remis en cause cette tolérance d’appellation. Ainsi, en l’état actuel de la réglementation, les industriels de ce secteur n’ont pas d’autre choix que d’opter pour l’une des 3 dénominations prévues par le code de la santé publique : si la grande majorité des eaux mises en bonbonnes ont les caractéristiques d’une eau de source et vont donc s’orienter progressivement vers la dénomination « eau de source », certaines eaux entrent dans la catégorie « eaux rendues potables par traitements. La DGCCRF a fait part à la Direction générale de la santé (DGS) des difficultés posées par la dénomination « eau rendue potable par traitements » qu’elle avait antérieurement proposée, qui est parfaitement exacte d’un point de vue descriptif, mais qui est jugée dévalorisante par les industriels et les restaurateurs pour la commercialisation de ces eaux. Afin de résoudre le problème du manque d’attractivité de la catégorie « eau rendue potable par traitements », il a été proposé d’introduire une nouvelle dénomination moins négative « eau de table », charge à l’industriel ou au restaurateur de choisir entre les deux appellations « eau de table » ou « eau rendue potable par traitements ». L’appellation initiale d’« eau de boisson » n’apparaît pas pertinente car toutes les eaux conditionnées peuvent être considérées comme des eaux de boisson. Cette position proposée par la DGCCRF a été validée par la DGS, au motif qu’il n’y a pas d’enjeu sanitaire et que cette position a le mérite de respecter la hiérarchie de qualité avec les eaux minérales naturelles et les eaux de source conditionnées. C’est la raison pour laquelle les services du ministre chargé de la santé, en collaboration avec la DGCCRF, ont rédigé un projet de décret en Conseil d’État modifiant les articles R. 1321-93 et suivants du code de la santé publique. Ce projet prévoit notamment que la mention « eau de table » soit complétée obligatoirement par l’indication de tous les traitements mis en oeuvre pour rendre l’eau potable, contrairement aux deux autres catégories d’eau conditionnées, pour lesquelles le nombre de traitements autorisés est très limité. Les professionnels de l’embonbonnage et de l’embouteillage ont été consultés sur ce projet de décret en août 2010. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a été saisie en août 2010 sur ce projet de décret. Son avis est attendu pour février 2011. En ce qui concerne l’entrée, depuis les États-Unis, sur le marché européen, d’une eau traitée, cette eau américaine doit se conformer à la législation française et répondre aux dispositions de l’arrêté du 4 mai 2007 relatif à l’importation des eaux conditionnées (JORF du 19 mai 2007) en particulier aux dispositions de l’article 1er 11°, qui impose un projet d’étiquetage comportant les mentions requises par les textes en vigueur. L’autorisation délivrée pour cinq ans doit être présentée par l’importateur au service des douanes.

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-91552QE.htm

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-93754QE.htm

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-94947QE.htm

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-94952QE.htm

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-94953QE.htm

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-96284QE.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AVERTISSEMENT

NOUS NE SOMMES PAS MEDECINS.

LES INFORMATIONS CONTENUES SUR CET ESPACE LE SONT POUR VOUS APPORTER DES INFORMATIONS. AUCUNE PROPOSITION NE DOIT ETRE FAITE POUR VOUS GUERIR OU VOUS SOULAGER SANS L'AVIS DU CORPS MEDICAL. RAPPROCHEZ VOUS DE VOTRE MEDECIN TRAITANT POUR TOUTE QUESTION MEDICALE VOUS CONCERNANT.

LES AVIS EMIS SUR CE SITE N'ENGAGENT QUE LEURS AUTEURS.

RESPONSABLE EDITORIAL - BRUNO DELFERRIERE - Association FIBROMYALGIES.FR - Maison des arts et de la vie associative - Parc des loisirs Roger-Menu - 51200 EPERNAY

06 80 10 82 85

Courriel : fibromyalgies.fr@gmail.com

TOUS LES COMMENTAIRES SUR CE SITE SONT MODERES. NOUS VOUS INFORMONS ENFIN QUE CE SITE N'UTILISE PAS DE COOKIE

css.php
Translate »
Popups Powered By : XYZScripts.com