Kétamine : attention !

ElisaRiva / Pixabay

Malheureusement cette mignonne image ne présente pas la réalité de ce que nous dénoncions depuis longtemps. La ne pourra être une solution à long terme pour vous soulager.

Et croyez bien que nous le regrettons. Car pour presque la moitié d’entre vous c’était un échappatoire bienvenu. Et efficace.

 

Mais nous dénoncions depuis longtemps les risques. Nous l’avions évoqué à plusieurs reprises au ministère de la santé, qui en était très conscient.

C’est maintenant officiel. L’ANSM vient ce sept novembre d’alerter sur les risques de la Kétamine. Dans toutes les utilisations, reconnues ou non.

Croyez bien que nous sommes attristés, car c’était vraiment un produit qui vous soulageait, en tout cas certains d’entre vous.

Nous avions eu de grandes discussions sur nos forums quant à utiliser cette molécule ou pas, certains nous targuant de ne pas comprendre votre douleur.

Ce que nous affirmons, et avec force, c’est que cette molécule est dangereuse, véritablement, et que son intérêt dans le soulagement de la douleur, si fort est il, est largement contrebalancé par ses méfaits.

Dans un contexte de soins chroniques, son utilisation est maintenant très compromise. Même si pour le moment il ne semble pas que son utilisation soit totalement interdite.

C’est décevant, et beaucoup d’entre vous vont être désemparés.

Mais il est important que vous connaissiez les risques.

C’est bien pourquoi nous insistons pour que la recherche se mette en place. Et pourquoi depuis les débuts de l’association, votre cotisation de un euro annuelle est mise de côté pour une bourse de recherche si un jour nous réunissons assez de fonds pour cela. (actuellement ce serait totalement illusoire vu les sommes récoltées trop insignifiantes).

Et d’autres molécules qui vous soulagent aujourd’hui sont elles aussi dans le collimateur.

Aujourd’hui un seul espoir. Le cannabis thérapeutique.  Il peut soulager un grand nombre d’entre vous.

https://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Ketamine-risque-d-atteintes-uro-nephrologiques-endocriniennes-et-hepatiques-graves-lors-d-utilisations-prolongees-et-ou-a-doses-elevees-Lettre-aux-professionnels-de-sante

Kétamine : risque d’atteintes uro-néphrologiques, endocriniennes et hépatiques graves lors d’utilisations prolongées et/ou à doses élevées – Lettre aux professionnels de santé

Information destinée aux anesthésistes réanimateurs, aux centres de prise en charge de la douleur, aux centres de prise en charge de brûlés, aux néphrologues, aux centres de transplantation hépatique, aux HAD et aux pharmaciens hospitaliers. 

Dans des contextes d’utilisation prolongée et/ou répétée de kétamine (dont utilisation dans des indications hors-AMM) et en cas d’abus ou de mésusage les effets suivants ont été rapportés :

  • Atteintes uro-néphrologiques telles que hématurie, , , (syndrome de la vessie douloureuse) et atteinte rénale liée à une obstruction haute (hydronéphrose).
  • Atteintes endocriniennes telles que des augmentations de la ou de la prolactinémie. Un suivi biologique peut être nécessaire.
  • Atteintes hépatiques, notamment cholestatiques de type cholangite, pouvant être sévères. Dans certains cas ces atteintes ont conduit à des transplantations hépatiques.
  • L’arrêt du traitement devra être envisagé en cas de perturbation du bilan hépatique

Lire aussi 
07/11/2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.