Guy Bricout reçoit une réponse de la ministre de la santé.

Et pour une fois, même si pour le moment rien ne change, le discours est très différent.

Ce député nous avait sollicité ce qui lui avait permis d’étoffer sa question. La ministre ne répond qu’à une partie de celle ci, cependant essentielle pour vous. LA .

La douleur, il n’y a pas si longtemps, était ignorée. Aujourd’hui vous faites encore souvent les frais d’un manque cuisant de compréhension et d’écoute, pas forcément par volonté délibérée, mais plus faute de moyens, de connaissances, et surtout de temps. Vos douleurs principales sont directement reçues dans les centres de la douleur, par exemple, mais tous vos maux ne sont pas pris en compte et non traités, sinon de façon générale.

Aussi est il intéressant de suivre la réponse de la ministre, qui, si elle rappelle attendre la HAS pour la fin de l’année, remarque aussi les travaux en cours de la Société Française d’Etude et de Prise en charge de la Douleur (SFETD).

Espérons que nous aurons des informations intéressantes. Notons que la SFETD est consultée sur le périmètre des moyens des SCD (services de la douleur chronique) en personnels et matériels.

Nous en avons si peu.

Merci au député pour sa question et son soutien. Soyez gentils de le remercier vous même par un petit mot. Il fait son travail de député, mais faire son travail n’interdit pas une petite attention de votre part.

 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-11083QE.htm

 

15ème législature

Question N° 11083
de M. Guy Bricout (UDI, Agir et Indépendants – Nord )
Question écrite
Ministère interrogé > Solidarités et santé
Ministère attributaire > Solidarités et santé

Rubrique > maladies

Titre > Fibromyalgie

Question publiée au JO le : 24/07/2018 page : 6575
Réponse publiée au JO le : 04/09/2018 page : 7861

Texte de la question

M. Guy Bricout interroge Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la reconnaissance et la prise en charge de la fibromyalgie. La fibromyalgie, pathologie reconnue officiellement depuis 1992, figure dans le CIM 10 (classification internationale des maladies) sous le numéro M79.7 et ce depuis 2006. En 2009, le Parlement européen a adopté une déclaration afin que ce syndrome soit reconnu à part entière. L’expertise collective engagée par l’INSERM dont le rapport est promis depuis 5 ans est enfin prévue pour mars 2019 et comme Mme la ministre l’a annoncé, ce ne sera qu’une première base de travail pour la HAS. Mais les malades ne peuvent attendre ce rapport car leur nombre est grandissant et leur souffrance quotidienne, pour certains depuis 40 ans ! Les causes, la reconnaissance, la prise en charge, le traitement de la maladie restent sans avancées faute d’un budget recherche affecté à la fibromyalgie, pourtant sollicité par les associations de malades. Il convient dès maintenant de permettre aux personnes atteintes une reconnaissance, un traitement cohérent et harmonisé entre spécialistes, entre maisons départementales des personnes handicapées, entre caisses de maladie pour éviter une précarité financière et sociale. En effet les centres anti-douleurs sont saturés et les rendez-vous trop espacés dans le temps. L’expérimentation « coupe-file » ne paraît déjà plus d’actualité et pourtant débutée en 2016, les associations en attendent toujours le retour. Il lui demande si le Gouvernement compte doter les centres anti-douleurs de moyens accrus en personnels et matériels faute de traitements thérapeutiques efficaces et remboursés.

Texte de la réponse

La fibromyalgie fait partie des pathologies douloureuses prises en charge (en recours et après orientation par un médecin de ville) en structure spécialisée de prise en charge de la douleur chronique (SDC), au même titre que toutes les autres typologies de douleurs chroniques. La labellisation des 242 SDC nationales a été renouvelée début 2017 sur la base d’un cahier des charges qui a renforcé l’accent mis sur la qualité des prises en charge et sur les activités de recherche et d’enseignement assurées par les SDC les plus importantes. A la suite des recommandations de la Commission d’enquête parlementaire de 2016 consacrée à la fibromyalgie, le ministère chargé de la santé a proposé de renforcer la structuration du parcours des patients douloureux chroniques (y compris ceux souffrant de fibromyalgie) en améliorant la relation entre structures spécialisées et soins primaires délivrés en ville, que ce soit pour l’identification des syndromes douloureux et l’orientation des patients vers une SDC, que pour la prise de relais et de suivi en ville à la suite de la prise en charge en SDC (par exemple pour des renouvellements de prescription qui ne nécessitent pas de recours aux structures spécialisées). La mise en place d’une telle mesure à titre expérimental nécessite cependant la production de recommandations de la Haute autorité de santé, demandées par le ministère et attendues pour la fin 2018. Le ministère est par ailleurs en relation avec la Société Française d’Etude et de Prise en charge de la Douleur (SFETD) pour ce qui concerne l’allocation de moyens personnels et matériels aux SDC. La SFETD souhaite poursuivre d’autres pistes qu’elle se propose d’identifier notamment avec l’organisation d’un premier « forum sur la douleur » en octobre 2018.

  • Yoga et lombalgies chroniques

    Le yoga est une discipline intéressante pour le mieux être et la sérénité. http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=yoga_th# « Une nouvelle revue systématique, publiée aujourd’hui […]

  • Un point sur le Sativex

    Nous n’allons pas créer une polémique ici sur l’utilisation de drogues pour soulager les malades chroniques, en particulier de leurs […]

  • Un coup de cafard, un grand coup de gueule!

    Nous relayons ce texte d’une amie fibromyalgique sévèrement touchée. Oui les choses bougent mais si peu. Puisse ce message être […]

  • Protocole nouvelle molécule.

                                            […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*