Syndrome de l’hypersensibilité chimique

voltamax / Pixabay

Syndrome inexpliqué…un de plus….Comme tant d’autres.

Après les valses hésitations habituelles de ces dernières années, il ne peut plus être ignoré.

Du coup on l’étudie….alors même qu’il est médicalement inexpliqué.

Et la fibromyalgie ? Non on n’étudie pas, en tout cas pas officiellement.

Il est temps que l’expertise collective de l’Inserm soit rendue, qu’on puisse passer à du sérieux. C’est à dire la recherche.

 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-11366QE.htm

 

15ème législature

Question N° 11366
de Mme Blandine Brocard (La République en Marche – Rhône )
Question écrite
Ministère interrogé > Solidarités et santé
Ministère attributaire > Solidarités et santé

Rubrique > maladies

Titre > Syndrome d’hypersensibilité chimique

Question publiée au JO le : 31/07/2018 page : 6793
Réponse publiée au JO le : 07/08/2018 page : 7222

Texte de la question

Mme Blandine Brocard attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur le syndrome d’hypersensibilité chimique qui toucherait environ un million de personnes en France. Ces malades souffrent de symptômes impliquant plusieurs systèmes d’organes, parmi lesquels l’exacerbation de l’odorat, la difficulté de concentration, les maux de tête, la nervosité, les étourdissements, les difficultés respiratoires, les douleurs abdominales, articulaires et musculaires, les démangeaisons, l’eczéma, etc. Malgré l’absence de consensus scientifique international, certains chercheurs relient ces symptômes aux expositions répétées aux produits chimiques, même à de faibles taux d’exposition. Par ailleurs, l’ estime à 19 milliards d’euros par an le coût pour la collectivité résultant de la mauvaise qualité de l’air, qualité altérée par toute émission de composés organiques volatils dans les lieux publics. Face aux inquiétudes des associations de patients, elle lui demande dans quelle mesure la France reconnaît le syndrome d’hypersensibilité chimique et prend en charge les soins afférents.

Texte de la réponse

Le syndrome de l’hypersensibilité chimique, malgré les recherches étiopathogéniques qui lui ont été consacrées, demeure médicalement inexpliqué. Néanmoins, les personnes concernées peuvent être prises en charge par les centres de consultations de pathologies professionnelles (CCPP). Actuellement, les 32 CCPP sont réunis au sein du réseau national de vigilance et de prévention des pathologies professionnelles, réseau national d’experts médicaux qui recense de façon systématique et standardisée l’ensemble des problèmes de santé au travail donnant lieu à une consultation dans un de ces CCPP. Ce réseau a pour vocation essentielle de détecter des liens non connus entre santé et travail mais a également développé une compétence sur les questions de santé liées à l’environnement en général. L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) en assure la coordination depuis 2006. Par ailleurs, une expertise sur l’électro-hypersensibilité est actuellement en cours de réalisation au sein de l’ANSES. Le pré-rapport des travaux d’expertise a été mis en consultation publique du 28 juillet au 30 septembre 2016 sur le site internet de l’agence. Les observations formulées sont actuellement examinées par le groupe d’experts en charge des travaux. Le rapport définitif et l’avis de l’agence devraient être publiés en 2018. Ces travaux relatifs aux champs électromagnétiques pourraient être ensuite complétés par des travaux sur l’hypersensibilité chimique.

4 thoughts on “Syndrome de l’hypersensibilité chimique

  1. bonjour, et merci d’avoir publié cette question écrite à l’Assemblée nationale et sa réponse ( qui est d’ailleurs un copié-collé de la réponse à la précédente question écrite en avril 2018 ! )
    les chimicosensibles sont invisibles, ils n’existent pas pour nos autorités sanitaires ; 2 raisons évidentes : nous sommes des personnes qui veulent MOINS de chimie dans leur environnement pour être moins malades ( pas terrible pour l’économie nationale ! ) ; et nous ne pouvons accéder à aucune conférence, aucune réunion, aucun média ; ce problème physique d’accessibilité ne nous permet aucune expression ; à l’heure où l’accessibilité des Personnes à Mobilité Réduite est au cœur de tous les aménagements et projets ( mairie, poste, tribunaux, écoles, cabinets médicaux … ), l’accessibilité pour les chimicosensibles n’est toujours pas envisagée en France !

      1. Bonjour – Vous parlez dans votre réponse des électro – chimicosensibles mais il ne s’agissait dans l’écrit original que des chimicosensibles (MCS ) et lorsque vous parlez d’une étude en cours, elle ne concerne malheureusement pas les MCS. Uniquement les E.H.S.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*