Nouvelle question de Madame Laure de La Raudière député.

La député  appelle l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge de la fibromyalgie.

 

 

Une question de plus, une fois de plus, pour un résultat toujours aussi peu positif sans doute, même si le discours de la ministre commence à changer quelque peu.

Nous verrons la réponse….

 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-8517QE.htm

 

15ème législature

Question N° 8517
de Mme Laure de La Raudière (UDI, Agir et Indépendants – Eure-et-Loir )
Question écrite
Ministère interrogé > Solidarités et santé
Ministère attributaire > Solidarités et santé

Rubrique > maladies

Titre > Diagnostic et prise en charge de la fibromyal

Question publiée au JO le : 22/05/2018 page : 4174

Texte de la question

Mme Laure de La Raudière appelle l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’amélioration du diagnostic et de la prise en charge de la fibromyalgie. La fibromyalgie est une maladie caractérisée par un état douloureux musculaire chronique (myalgies diffuses) étendu ou localisé à des régions du corps diverses, qui se manifeste notamment par une allodynie tactile et une asthénie (fatigue) persistante. Les dernières découvertes scientifiques ont prouvé son aspect neurologique, lié à des déficiences en neurotransmetteurs comme la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline. En 2006, des études démontrent par l’IRM fonctionnel une activité anormale dans la partie du cerveau qui traite la douleur chez les fibromyalgiques, activité différente chez les personnes non atteintes. La fibromyalgie était codée comme rhumatisme non spécifié dans la classification internationale des maladies (CIM) et depuis janvier 2006, elle est maintenant codée comme une maladie reconnue à part entière. Depuis 1995, il y a une résurgence importante (surtout depuis 2000) de ce syndrome, de plus en plus de jeunes (moins de 30 ans) en sont affectés. On estime de 2 à 4 % la population française touchée par cette maladie. Les effets extrêmement invalidants qu’elle provoque ont un impact très important dans la vie sociale des malades : incompréhension de l’entourage, difficultés à travailler, états dépressifs graves, et le diagnostic et la prise en charge de cette pathologie se fait au cas par cas de façon très inégale selon les départements. Aussi, elle souhaiterait savoir si le Gouvernement entend mettre en place un plan national pour que cette maladie soit correctement diagnostiquée et prise en charge efficacement, en tout point du territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*