Une politique nutritionnelle de santé publique ? Une politique de santé ? Une politique tout court?

Le Haut Conseil de la Santé Publique s’inquiète de l’augmentation des inégalités en matière de santé publique nutritionnelle, particulièrement aggravée par l’environnement social.

Effectivement, les indicateurs montrent que :

  • les déséquilibres alimentaires sont plus fortement effectifs dans les catégories de populations défavorisées même s’ils touchent toutes les catégories de population.
  • les politiques marketing des marques provoquent des comportements ravageurs pour la santé dus à une consommation de nourriture totalement dénuée de quelque idée de plaisir nutritionnel, et totalement axée sur le plaisir immédiat grâce aux exhausteurs de gout en particulier.
  • les prix peuvent être un des facteurs de cette différenciation entre les populations
  • les aliments nutritionnels les meilleurs ne sont pas forcément accessibles aisément à toutes les populations

Les enfants et les classes sociales défavorisées forment par conséquent le socle d’une nécessaire évolution des politiques de santé, politique qui devrait être inter ministérielle, tout en étant incitative pour un développement durable et une gestion de l’environnement meilleure.

L’activité physique vient en appui pour faire reculer la sédentarité.

 

https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=648

 

https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=632

 

Le rapport préconise d’ailleurs : « Il est important que ces actions agissent au niveau de l’individu mais également de l’environnement alimentaire et d’activité physique« .

 

Effectivement, nous sommes en accord avec ces recommandations. Qui concernent aussi la fibromyalgie puisque ce sont les deux principaux axes actuels de proposition des recommandations des institutions pour aller mieux avec la maladie. (la fibromyalgie entre autre, mais l’ensemble des maladies chroniques sont concernées, que ce soit pour notre pays, ou au niveau mondial).

Le HCSP émet de belles recommandations nutritionnelles très détaillées

Cependant, seront elles écoutées et mise en oeuvre ?

Et que deviennent les malades fibromyalgiques dans l’histoire ?

 

  1. Nous aimerions que chaque fibromyalgique puisse déjà manger à sa faim ce qui n’est pas le cas faute d’argent. (allocations trop basses, chômage…..)
  2. Nous aimerions que chaque fibromyalgique puisse manger des produits frais non travaillés ou modifiés, à base de produits sur circuits courts, et non traités par pesticides, engrais ou autres produits dont les effets ne sont pas encore tous connus, ou déjà trop connus.
  3. Nous aimerions que les recherches soient multipliés sur l’ concernant les malades fibromyalgiques.

 

C’est ce qu’a élaboré le HCSP en partie.

Mais comme dit entre les lignes, cela ne pourra se faire que si une politique voulue est coordonnée par l’ensemble des intervenants concernés.

C’est toute une politique et une société à changer, en considérant l’humain comme important. Réellement. Et non plus une société basée sur le profit…..

Donner un petit déjeuner à l’école…..a déjà été fait.  Le lait pendant un temps était proposé….

Mais avons nous vraiment cette volonté politique de santé publique ?  Avons vraiment une politique de santé ?

Pourquoi les malades fibromyalgiques ne sont ils pas mieux considérés et pris en compte ? Pourquoi la recherche n’avance pas plus et pourquoi aucune reconnaissance véritable ?

Avons nous vraiment, véritablement, une politique ? Politique ou l’homme, le citoyen (homme ou femme) est aux coeur des préoccupations?

 

C’est terrible, odieux ,insultant, et particulièrement incompréhensible que les malades fibromyalgiques soient laissés à leur sort. Dans ces souffrances terribles. Depuis tant d’année.

Au delà d’une politique nutritionnelle et sportive, il est temps que la recherche se lance avec une cohorte de grande ampleur.

Nous la réclamons avec notre pétition.

https://www.mesopinions.com/petition/sante/reconnaissance-fibromyalgie/29188

Et nous recensons les malades fibromyalgiques avec une carte. C’est important de s’y inscrire. Du nombre de personnes recensées dépendra en grande partie une politique de santé à leur égard.

Gellinger / Pixabay

 


Pour y être recensé :

https://docs.google.com/forms/d/1APtxai0w1GEltWH_djaVgycyucjrLTC1JaugifLqtjY

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*