Du cannabis thérapeutique pour la dignité.

Le député Jean-Marc Zulesi s’engage sur le terrain de l’utilisation du à usage thérapeutique, qui dans notre pays est loin d’être une option offerte aux malades.

Même si la loi propose pour les personnes atteintes par la sclérose en plaques  un médicament de ce type, celui ci n’est toujours pas commercialisé trois ans après. Pour une question de prix trop élevé.

Le député affirme avec force que la possibilité du soulagement de la douleur ne peut être ignoré et qu’il doit être pris en charge quand cela est possible.

Dans le sclérose en plaque une autre vertu du cannabis thérapeutique concerne l’incontinence. Le député affirme avec finesse que le cannabis participe de la dignité humaine.

Rappelons que notre pétition disponible sur note site FIBROMYALGIE.FR réclame aussi le soulagement qui doit vous permettre de retrouver une vie décente et digne par le cannabis thérapeutique. A ce jour peu, ou aucun médicament ne vous soulage véritablement sans effets secondaires très pénibles, handicapants, ou même au effets dangereux pour votre vie.

Nous n’acceptons pas que votre souffrance ne soit pas prise en compte et soulagée quand il existe des possibilités.

Nous réclamons ce cannabis thérapeutique qui pourrait vous détendre et vous calmer plus aisément.

Nous serons comme d’habitude attentifs à la réponse de la ministre.

 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-5435QE.htm

 

15ème législature

Question N° 5435
de M. Jean-Marc Zulesi (La République en Marche – Bouches-du-Rhône )
Question écrite
Ministère interrogé > Solidarités et santé
Ministère attributaire > Solidarités et santé

Rubrique > pharmacie et médicaments

Titre > Utilisation du cannabis à usage thérapeutique

Question publiée au JO le : 13/02/2018 page : 1116

Texte de la question

M. attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’utilisation du cannabis à usage thérapeutique pour les patients souffrant de sclérose en plaques. En France les lois concernant les drogues interdisent le cannabis depuis 1925 (Convention de Genève, Convention de l’ONU 1961), et le cannabis a été retiré de la pharmacopée française depuis 1953. Le député souligne que la prohibition de cette substance n’a pas évolué depuis le décret n° 2013-473 du 5 juin 2013 modifiant les dispositions de l’article R. 5132-86 du code de la santé publique relatives à l’interdiction d’opérations portant sur le cannabis ou ses dérivés. Ce décret visait notamment la mise sur le marché du Sativex, médicament à base de tétrahydrocannabinol (THC) et cannabidiol (CBD), pour les personnes atteintes de sclérose en plaques. Le député note que depuis ce décret, l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) bloque la mise sur le marché du médicament. De plus, si depuis 1999 l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSPS) a autorité pour délivrer des autorisations nominatives ou autorisation temporaire d’utilisation (ATU) pour tous produits de santé, les ATU concernant les cannabinoïdes n’ont été délivrées que pour le Marinol (dronabinol ou THC). Or certaines études, menées aux États-Unis et au Royaume-Uni ont montré des vertus anti-inflammatoires, analgésiques et antispasmodiques du cannabis sur les patients souffrant de sclérose en plaques. De plus, de nombreux pays européens se sont dotés d’une législation plus ouverte sur l’usage thérapeutique du cannabis. Par exemple, le Sativex est déjà commercialisé dans 17 pays européens. Le député souligne que le cannabis peut permettre de réduire la souffrance des patients mais participe également de la dignité humaine. Des études montrent par exemple les vertus du cannabis dans les cas d’incontinence liés à la sclérose en plaque. La minimisation de la souffrance et la dignité de l’être humain devant être, au sens du député, deux objectifs prioritaires en termes de politiques de santé publique, il souhaiterait donc connaître d’une part l’avancement de la procédure de commercialisation du Sativex, et d’autre part les possibles développements qu’elle envisage pour l’utilisation thérapeutique du cannabis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.