Permis de conduire et fibromyalgie

Un petit rappel ; nous avions déjà abordé ce sujet.

 

driving-691751_1280

Il est important de le savoir.

En effet en cas d’accident responsable, ni votre assureur, ni la cpam ne vous prendront en charge, sur la base de cet arrêté, qui, dans son tableau 4 annexé, énumère en particulier le mésuage de médicaments, l’altération de la conduite du fait de prise de certains  médicaments,   les troubles du sommeil, les troubles neurologiques, comportementaux et cognitifs.

 

« Conformément à l’article R. 412-6 du code de la route, tout conducteur de doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délais toutes les manœuvres qui lui incombent. « 

 

Nous savons les difficultés que vous pouvez avoir à vous déplacer, la nécessité d’un véhicule pour beaucoup d’entre vous. Et nous le comprenons parfaitement.

Mais il est important de connaitre la loi, et les risques.

Nous ne pouvons faire l’impasse sur cette question.

 

http://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do?id=JORFTEXT000031703937

 

Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR Arrêté du 18 décembre 2015 modifiant l’arrêté du 21 décembre 2005 fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l’obtention ou le maintien du ou pouvant donner lieu à la délivrance de de durée de validité limitée NOR : INTS1529774A Publics concernés : candidats au , titulaires du , médecins agréés au titre du contrôle médical de l’aptitude à la conduite, commissions médicales chargées du contrôle médical de l’aptitude à la conduite, organismes de formation au contrôle médical de l’aptitude à la conduite. Objet : actualisation de la liste des affections médicales susceptibles d’être incompatibles avec l’obtention ou le maintien du ou pouvant donner lieu à la délivrance de de durée de validité limitée afin de prendre en compte le syndrome de l’apnée obstructive du sommeil et ses conséquences sur la somnolence excessive des conducteurs. Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication. Notice : cet arrêté transpose les dispositions de la directive 2014/85/UE de la Commission du 1er juillet 2014 modifiant l’annexe III de la directive 2006/126/CE du 20 décembre 2006 relative au qui prévoit les cas dans lesquels l’apnée obstructive du sommeil peut être une cause d’inaptitude médicale. Cet arrêté remplace l’arrêté du 31 août 2010 modifiant l’arrêté du 21 décembre 2005 fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l’obtention ou le maintien du ou pouvant donner lieu à la délivrance d’un de durée de validité limitée. Références : le texte modifié par le présent arrêté peut être consulté, dans sa rédaction issue de cette modification, sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr). La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes et le ministre de l’intérieur, Vu la directive 2014/85/UE de la Commission du 1er juillet 2014 modifiant la directive 2006/126/CE du Parlement européen et du Conseil du 20 décembre 2006 relative au ; Vu le code de la route, notamment les articles R. 221-1, R. 226-1 à R. 226-4, R. 221-10, R. 221-12 et R. 221-14 ; Vu l’arrêté du 21 décembre 2005 fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l’obtention ou le maintien du ou pouvant donner lieu à la délivrance de de durée de validité limitée ; Vu l’arrêté du 20 avril 2012 fixant les conditions d’établissement, de délivrance et de validité du ; Vu l’arrêté du 31 juillet 2012 relatif à l’organisation du contrôle médical de l’aptitude à la conduite, Arrêtent : Art. 1er. – L’annexe au présent arrêté supprime et remplace l’annexe à l’arrêté du 21 décembre 2005 susvisé. Art. 2. – L’arrêté du 31 août 2010 modifiant l’arrêté du 21 décembre 2005 fixant la liste des affections médicales incompatibles avec l’obtention ou le maintien du ou pouvant donner lieu à la délivrance de de durée de validité limitée est abrogé. Art. 3. – Le magistrat, délégué interministériel à la sécurité routière, délégué à la sécurité et à la circulation routières, et le directeur général de la santé sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française. Fait le 18 décembre 2015. Le ministre de l’intérieur, Pour le ministre et par délégation : Le délégué interministériel à la sécurité routière, délégué à la sécurité et à la circulation routières, E. BARBE 29 décembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 54 sur 159 La ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Pour la ministre et par délégation : Le directeur général de la santé, B. VALLET ANNEXE Principes Conformément à l’article R. 412-6 du code de la route, tout conducteur de véhicule doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délais toutes les manœuvres qui lui incombent. Tant pour le groupe léger que pour le groupe lourd, le ne doit être ni délivré ni renouvelé au candidat ou conducteur atteint d’une affection, qu’elle soit mentionnée ou non dans la présente liste, susceptible de constituer ou d’entraîner une incapacité fonctionnelle de nature à compromettre la sécurité routière lors de la conduite d’un véhicule à moteur. La décision de délivrance ou de renouvellement du permis par l’autorité préfectorale est prise à la suite d’un avis de la commission médicale départementale ou d’un médecin agréé. L’avis adressé au préfet peut contenir, si les conditions l’exigent pour la sécurité routière, des propositions de mentions additionnelles ou restrictives sur le titre de conduite. Avant chaque contrôle médical, le candidat ou le conducteur remplit une déclaration décrivant loyalement ses antécédents médicaux, une éventuelle pathologie en cours et les traitements pris régulièrement. Un test de conduite par une école de conduite peut être demandé. Le médecin agréé ou la commission médicale peuvent, après un premier examen, s’ils le jugent utile, demander l’examen de l’intéressé par un spécialiste de la commission médicale d’appel. Ce dernier répondra aux questions posées par le médecin agréé ou la commission, sans préjuger de leur avis.

 

 

 

One thought on “Permis de conduire et fibromyalgie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*