Vaccination obligatoire : malgré l’avis du Hcsp, cela ne se fera pas.

Le haut Conseil de la Santé Publique émet un avis du 6 mars 2014 mis en ligne ce 9 mars estimant que :

La est l’action de santé publique la plus efficace. Outre son effet de protection individuelle, elle présente un intérêt collectif car, pour nombre de vaccins, elle permet de protéger les personnes qui ne peuvent être vaccinées.

 

http://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=455

 

Pourtant, malgré l’avis du Hcsp, qui pourrait éventuellement, ( Ebola oblige ) être suivie des mesures recommandées dans cet avis, cela ne se fera pas. En tout cas pas sans obligation, ou coercition.

Ce ne sont pas les mesures d’éducation suggérées qui pourront donner envie à toute une population de se faire vacciner.

En fait, depuis quelques années, les divers incidents ou accidents qui ont jalonné la vaccination des populations a au contraire rendu méfiant et freine la portée des efforts de ces dernières années.

Le message vaccinal s’est de plus trouvé délité par l’abandon de la plupart de vaccinations obligatoires.

La montée en puissance , en parallèle, de maladies que l’on espérait justement disparues du fait des campagnes obligatoires de vaccination véhicule un message à l’opposé des buts recherchés.

Enfin, l’information personnalisée et l’ingérence d’internet dans les foyers a permis à chacun d’être mieux informé des rares cas, ( malgré tout un nombre relativement important ) d’échecs ayant entraîné des effets considérables et graves dus aux allergies aux composants ou aux erreurs de produits.

Les pouvoirs publics complètent la méfiance d’une population aujourd’hui informée, en traitant cavalièrement les justes interrogations des personnes sur les risques réels ( non réfutés aujourd’hui) de vaccinations  pour lesquelles elles n’ont pas suffisamment de recul sur leurs dangers possibles pour l’organisme

 

«Le HCSP estime que les données scientifiques disponibles à ce jour ne permettent pas de remettre en cause la sécurité des vaccins contenant de l’aluminium, au regard de leur balance bénéfices/risques»

 

ou les conséquences possibles des vaccinations passées ou futures (par exemple du fait des adjuvants) et pour lesquelles ceux ci ne peuvent fournir de réponses claires, se contentant d’affirmer que le risque supposé n’est pas avéré.

Or, et si sans conteste, économiquement et statistiquement, la vaccination des populations est l’un des meilleurs choix de santé publique possible, l’individu lambda se montrera de plus en plus timoré à se faire vacciner, du fait de ces risques hypothétiques pour lui, individu, mais néanmoins réels et possibles.

Dans notre société individualiste à l’extrême, le principe de précaution se déclinera sans aucun doute à l ‘échelle personnelle (ou le noyau familial) avec un vrai refus d’une vaccination personnelle, au risque de courir des dangers plus importants mais véritablement hypothétiques dans l’esprit individuel.

 

Et l’échec extraordinaire de la vaccination contre le virus de la A H1N1 a largement et fortement entravé les possibilités des pouvoirs publics, du fait des messages particulièrement délétères sur internet, et d’une politique de communication mal maîtrisée par un gouvernement dépassé à l’époque. Son retentissement, en revanche, a fortement marqué les esprits et continue à alimenter le message des anti vaccination aujourd’hui.

 

Dernière  information  : Vacciner à l’école ! C’est la dernière proposition de l’autorité de vaccination française.

Random Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*