Celle que je ne suis pas.

Celle que je ne suis pas, par Orryane.

Ce très beau texte, c’est le reflet du quotidien.

Heureusement pour , comme elle l’écrit sur son site , elle ne se laisse pas abattre :

”  Ne plus se tordre dans tous les sens pour rentrer dans des casses, c’est une chose, maintenant, il faut avancer. Comment? Je ne peux pas agir plus que ce que je fais à présent sur mon état de santé, je reste spectatrice des améliorations, passive. Par contre je peux me fixer des objectifs. Pas des choses extraordinaires, des petits progrès qui s’ils ne sont pas atteints, ne provoquent pas de déception et s’ils le sont, donnent une impression d’avancée, de dynamique, si petite soit-elle.”

 

 

Celle que je ne suis pas :

 

 

Elle a fait de longues études après le bac et a développé des compétences dans plusieurs domaines. Elle a travaillé pour différents secteurs et s’est forgé une expérience de base solide. Parfaitement bilingue, elle est à l’aise pour travailler à l’international et dans le stress, elle reste sereine. Mais elle travaille dans une petite entreprise et fait la bonniche pour  les autres. Un travail assis, qui paie ce qu’il faut, pas trop loin de la maison qu’elle peut faire même très fatiguée. Elle donne le change et parle du marché du travail quand on lui demande comment elle en est arrivée là.

Elle est jolie et s’avoue coquette. Elle aime beaucoup la lingerie et le maquillage naturel. Elle connait par coeur les recettes d’un bon dîner eux chandelles, d’un massage et possède même mille et une astuces pour se détendre et se relaxer. Mais elle s’habille avec des vêtements communs qui vont bien avec ses chaussures plates et confortables mais peu esthétiques. Elle aimerait bien organiser un dîner aux chandelles pour son conjoint si seulement le soir elle avait la tête à penser aux petits détails qui changent tout. Le week end en rangeant ses vêtements, elle regarde sa lingerie avec regret, attendant le moment opportun, sans paralysantes pour ses idées fantasques qui lui permettra de ressortir les dentelles et le satin. Il la masse régulièrement, pour qu’elle souffre moins, alors qu’elle pense aux séances de réflexologie amoureuses qu’elle voudrait organiser pour lui.

C’est une amie fidèle sur qui on peut compter, avec toujours une oreille attentive à tous les détails importants qui comptent quand on veut aider à résoudre les problèmes de ses amis. Elle connait les petits plats qui font d’une soirée entre amis un grand dîner du monde, les jeux et sujets de conversation qui mettent les invités en joie. Toujours partante pour de nouvelles aventures et expériences, elle est aussi ouverte aux autres qu’ils soient d’horizons identiques ou plus lointains. Mais elle se voit souvent contrainte de refuser les invitations, devant faire toujours des choix entre les nécessaires sorties de survie et les accessoires soirées entre amis. D’ailleurs on ne l’invite plus, et quand elle vient, on se rend rapidement compte qu’elle a quelque chose de différent. Elle reste assise, en retrait car fatiguée, elle se retrouve toujours avec des questions gênantes quant à pourquoi elle ne mange pas les plats et apéritifs qu’on sert, sans parler de l’alcool qu’elle refuse catégoriquement de boire, même pour faire plaisir à la maîtresse de maison. Elle doit donc toujours expliquer pourquoi, ôter son masque pour dévoiler ses blessures et même avec un sourire, cela fait toujours peur à ceux qui ne la connaissent pas, généralement ils ne lui reparlent que très peu après cela. Elle part plus tôt que les autres, autant se demander pourquoi elle a pris la peine de venir…

Elle a toujours de bonnes excuses, elle n’appelle jamais. On ne l’appelle pas non plus, il faut dire que ses problèmes de santé… On finit par ne plus savoir ce qui est vrai de ce qui est faux. La famille c’est une responsabilité, elle devrait venir plus souvent. Près de 100km en voiture, elle n’a quà prendre l’avion, mais elle va dire qu’elle ne peut pas parce qu’après elle devra prendre les transports en commun, que son dos lui fait mal, que sa valise est trop lourde. De toute façon on s’est habitué à recevoir ses colis, par contre on se retrouve dans l’obligation d’en faire. Je n’ai pas le temps d’aller à la poste moi, j’ai une vie! En cas de problème on sait qu’on ne peut pas compter sur elle, inutile de la prévenir, de toutes façon elle ne pourra rien faire.

Je suis là. Quelque part, cachée derrière cet énorme moi, sombre et coriace. Les gens ne me voient pas, ils ne voient que le monstre en moi. Il a mon apparence, ma voix, il me dévore comme un vampire, me contraint comme une vierge de fer à être celle que je ne suis pas. Quand j’ose lever les yeux vers le , je me cherche, où suis-je? Qu’est-il advenu de moi? Qui suis-je? Lui ou moi? Comme j’aimerais m’arracher de cette double enveloppe ténébreuse qui ne me sied pas…

 

 

Random Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*