La douleur chronique est complexe.

« La chronique reste très complexe, même une belle combinaison de molécules ne fonctionne pas toujours ».

C’est le constat de Manon Choinière, chercheuse au Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2010/11/12/gestion-mal

Enfin une vraie reconnaissance de la douleur pour les malades.

« Ce que nous visons c’est rendre cette douleur plus visible, aussi visible que le cancer du sein si c’est possible ».

Enfin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*