Lettre à une mère

Lettre à une Mère,

à ma Mère.

Finalement je ne suis pas téléphone,

Et comme tu n’as pas internet la meilleure méthode reste le courrier postal.

Et puis je me disais qu’en intégrant une photo de Moi cela serait plus parlant

(Elle a moins d’une semaine)

Alors comme tu peux le voir d’apparence il n’y a rien d’anormal.

De toute façon comme tu le sais déjà ma maladie ne se voit pas.

Même si ce jour là j’étais bien fatiguée comme aujourd’hui,

Seulement à cette heure j’ai les douleurs en plus.

Je sais que je peux être des tas de questions te viennent en tête,

Mais tu n’as pas à t’en poser.

Tant que je n’irai pas mieux,

Je resterai éloignée,

Tu sais parfois les Silences en disent bien plus longs que l’on ne peut le penser.

Moi ce que je souhaite pour Toi et Papa c’est que Vous alliez bien.

Et que vous ne vous preniez pas la tête pour des broutilles qui n’en valent pas la peine.
Même si pour Toi tu as l’impression que je suis à des centaines de kilomètres,

Moi je ne vois pas les choses ainsi.

Je pense à Vous chaque jour,

Je ne vous oublie pas et contrairement aux Pensées de ma Sœur

(Qui lui appartiennent)

Je vous aime Tous.

Vous êtes dans mon Cœur.

La Vie n’est facile pour personne,

On a tous à un moment ou un autre des passages difficiles.

Moi j’essaye d’avancer avec tout ce que la Vie me donne.

C’est mon Chemin je dois l’accepter.

Kilian a fait ses Choix,

Je les accepte.

Mayène fait des Choix c’est normal,

Ils grandissent et ils se préparent à rentrer dans le dur Chemin de la Vie

(Mais à présent tous nos enfants y sont plongés bien trop tôt)

Ce sont déjà de petits adultes à la naissance c’est dommage car les mamans ne profitent ni de leur bébé qui se mettent à marcher de plus en plus tôt,

Et ne profitent pas non plus de leur enfant vivant leur indépendance trop vite.

Moi je n’étais pas de la même époque,

Et pourtant j’ai voulu mon indépendance très tôt,

Enfant j’y pensais déjà,

J’avais mes idées bien à Moi et cela n’a pas changé.

Tout cela pour dire que chacun de Nous est différent et qu’i faut accepter les choix de chacun.

Fred a du mal à respecter les miens,

Mes Silences,

Ma façon d’agir…

Mais il m’appartient de vivre comme je le veux.

On n’a pas le droit d’avoir de vouloir pour l’autre,

Des souhaits…

« La personne la plus importante pour soi c’est soi «

Cela peu paraitre égoïste et pourtant non je l’ai bien compris à présent.

J’en suis plus Heureuse,

Et la Liberté il n’y a rien de mieux.

Je me la suis fait voler bien des fois,

Alors je la reprends comme un Oiseau prend son envol.

Il n’est jamais trop tard pour se rattraper,

Et la Vie qui ne m’a pas toujours fait de cadeaux et qui persiste dans sa lancée eh bien je l’accepte comme je peux,

Avec ses souffrances,
La et tous les freins qu’elle me donne.

Si tu le veux bien je vais t’expliquer en gros ce qu’est une journée pour Moi :

La
C’est quoi ?

Elle ne se voit pas mais Elle est un véritable combat.

Comme je te disais c’est une maladie qui n’est pas visible,

Elle n’est faite que de douleurs internes,
externes quasi- permanentes.

Cette affection est caractérisée par un état douloureux musculaire chronique étendue ou localisée à des régions du corps diverses

(En ce qui me concerne elle est étendue)

La maladie a pour base,

Des soucis de dépressions,
d’anxiété,

Même si la dépression semble lointaine

(je suis tombée en dépression sévère,

Mais j’essaye de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour en guérir)

Le soucis de la maladie est que le moral se répercute sur le corps…

Qui a son tour en souffre…

Il y a exactement 18 endroits où la maladie fait souffrir

(J’ai même des points qui ne sont pas reconnu dans cette maladie et qui me font souffrir aussi)

La nuque, les reins, le dos, les coudes, les genoux, les cuisses, la gorge, la poitrine, les fesses…
Des deux côtés à la fois…

D’autres symptômes viennent s’ajouter :

Fatigue physique

(Chronique pour ma part)

Fatigue psychique,
sensation de vide, regard vague, irritabilité générale, au touché, au bruit, à la lumière, par certaines odeurs…

Troubles sévères de la mémoire.

Dessèchement des lèvres et des yeux.

Troubles digestifs, diarrhées, ballonnements…

Insomnies et de grandes difficultés à dormir.

Picotements et chaleur au niveau des paumes des mains et plante des pieds.
Difficultés de concentration.

Grande consommation de sucre, et de produits sucrés ou besoin de manger

(Par période)

Tremblements , sensation de faiblesse extrême.

Sensation d’avoir le corps rouillé, rigide, courbaturé comme un état grippal.

Sans compter les maux de tête qui sont quotidiens.

Des soifs intenses à n’en plus finir…

Je n’en finirais pas si je ne mettais pas de limites.

Suite à certains examens qui ne sont pas concluants,

Car la maladie elle-même n’est pas visible,

Les médecins ont décelé cette maladie en Moi qui me ronge depuis des années
(Petite déjà sans le savoir elle était déjà là à se développer sournoisement)

Même les radios, les prises de sang…
Rien ne révèle la maladie…

Car c’est une maladie » invisible »

Certaines personnes nous croient « dingues » et inventeurs de toutes nos douleurs …
Mais elles sont bien présentes au quotidien,

Dans mon quotidien.

C’est pour cela que je reste des mois entiers renfermée sur Moi-même…

« Chut… Souffre… Et… tais- Toi… »

Seule la Kiné, les Massages calment les Douleurs…
Mais de courts instants.

Aussitôt de retour à la maison cela reprend.

Comme de nombreuses personnes qui endurent la même chose que Moi au quotidien,
Nous attendons que la Maladie soit enfin reconnue médicalement,
Dans la société en général et comprise par les Yeux de Tous…

Merci de m’avoir lu,

Peut-être que tu comprends mieux à présent ce qu’est ma Vie

Je t’embrasse,

Et je te joins quelques photos sur papier de Moi

(Je me suis prêtée au jeu,

Tu vois il n’est jamais trop tard pour ce lancer un défit,

En ce qui me concerne j’ai décidé de vivre à fond les choses que je pourrai.

Il faut vivre son présent ne pas se soucier de demain.

Voilà j’espère m’en sortir et résister le plus longtemps possible à toutes ces souffrances qui font partie de Moi,

Et qui m’empêche de faire tellement de choses qui me font envie…

Je te joins l’article que j’ai fais par rapport à une phrase que Fred avait mise sur Face Book.

Ainsi s’il elle t’en parle rien ne sera déformé.

Voilà j’aime l’écriture,

Heureusement,

Cela est comme une thérapie,

Et permet souvent de pouvoir dire des choses que l’on n’arrive pas toujours à expliquer oralement.

Voilà,

Je te fais de gros bisous,

Et peut-être que tu comprendras pourquoi à présent j’agis ainsi.

Je n’ai jamais été plus pénible que mon frère ou ma sœur,

Juste différente,

Mais c’est la Vie qui décide.

A chacun son Chemin,

Et à chacun son Destin.

Parfois les mots font plus mal que les maux,

Et je sais que tu m’en as voulu plus d’une fois depuis que je suis petite de t’avoir ennuyée tant.

J’en ai souffert je te l’avoue,

Mais je pardonne aux personnes qui m’ont fait du mal consciemment ou inconsciemment,

Comme je me pardonne d’avoir fait du mal aux personnes consciemment ou inconsciemment,

Et aussi le plus important est de se pardonner de s’être fait du mal consciemment ou inconsciemment.

Hier j’ai téléphoné à Tata et Tonton pour avoir des nouvelles,

Car lorsque je vous en pose je n’arrive jamais vraiment à savoir.

Aujourd’hui c’est sa chimio.

Moi j’ai mes séances de Kiné, de psy et relaxation-massage, de psychologue, de psychiatre…

Et je retourne en consultation à Aix le 20 le jour de la Fête de Papa et de mon médecin.

J’ai une aide qui m’accompagne à mes Rendez-vous,
qui me fait mes courses.

Franck préfère m’accompagner à Aix.

Nous avons passé une année difficile,

et il y a eu des impacts sur toute ma petite famille.

Les enfants sont en colère,

J’ai du mal à cerner si c’est contre Moi ou la maladie.

Kilian rentre aujourd’hui,

Je sais qu’il ne veut plus que je lui parle,

C’est difficile…

Donc nous sommes le jeudi 5 à l’heure ou je frappe ta lettre.

Une petite citation avant que je me mette à copier mes photos que tu devras garder précieusement,

Car je ne suis pas prête à recommencer pour le moment.

La pensée d’une femme est douée d’une incroyable élasticité.

Quand elle reçoit un coup d’assommoir,

elle plie,

paraît écrasée,

et reprend sa forme dans un temps donné.

[Honoré de Balzac]

(je demande à ce que ce témoignage ne soit pas déformé ou changé,
par respect,
et parce que même si nous vivons tous un peu la même histoire celle cie m’appartient.
J’autorise à ce qu’elle soit divulguée en respectant tout ce que je viens d’écrire)
Avec ce qui suit :
Témoignage de Véronique Léger en son groupe facebook “Mon combat s’appelle Fibromyalgie”
La photo sera uniquement utilisée accompagnée de ce témoignage.

Merci à Tous de votre respect,                                  
fibromyalgicalmant,
Véronique

Random Posts

2 thoughts on “Lettre à une mère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*