Nos modes de vie changent, notre fertilité aussi.

C’est le résumé de la question du député Philippe Armand Martin.

C’est tout un système de société qui est à revoir.

La réponse de la ministre n’est pas satisfaisante du tout à notre sens.

Le rapport avec la ? Toujours la question environnementale, la pollution, les pesticides, le , l’alimentation et le manque de sport; la sédentarité….

http://questions.assemblee-nationale.fr/q13/13-77169QE.htm

13ème législature
Question N° : 77169 de M. Philippe Armand Martin ( Union pour un Mouvement Populaire – Marne )

Question écrite
Ministère interrogé > Santé et sports Ministère attributaire > Santé et sports
Rubrique > santé Tête d’analyse > recherche Analyse > traitements.
Question publiée au JO le : 20/04/2010 page : 4440
Réponse publiée au JO le : 22/06/2010 page : 7071
Texte de la question
M. Philippe Armand Martin attire l’attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur les causes de l’explosion de l’infertilité dans notre pays. En effet, aujourd’hui, de 10 % à 15 % des couples en France rencontrent des difficultés à concevoir un enfant et consultent pour infertilité. Chaque année, 20 000 enfants naissent par les techniques d’assistance médicale à la (AMP) : 70 % par et 30 % par . D’après l’enquête que l’ a rendue publique en janvier dernier, 200 000 enfants ont été conçus par fécondation (FIV) en France depuis 30 ans, date à laquelle la technique a été mise au point. Si l’AMP donne de l’espoir à des couples, le parcours est néanmoins contraignant et laisse près de la moitié des couples en échec. Il convient de s’interroger sur les causes de l’explosion de l’infertilité dans notre pays. L’ nous apprend qu’en un demi-siècle la densité des spermatozoïdes aurait été diminuée de moitié chez les occidentaux. Les scientifiques attribuent la croissance de l’infertilité à des facteurs environnementaux (pesticides et pollution) ou aux modes de vie (tabagisme, sédentarité, etc.). Cause aggravante, selon des épidémiologistes et démographes, l’augmentation de l’âge maternel au premier enfant franchira bientôt, en France, la barre des trente ans ; leurs hypothèses vont jusqu’à envisager qu’un couple sur cinq serait, à terme, concerné par la , contre un sur dix actuellement. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui indiquer si elle entend engager une grande étude nationale visant à identifier toutes les causes de l’explosion de l’infertilité dans notre pays et à recenser tous les moyens permettant de la prévenir.
Texte de la réponse
Le nombre de couples consultant pour des problèmes d’infertilité ou de stérilité est en progression. Les spécialistes affirment que la première cause des problèmes d’infertilité est l’âge tardif du désir de procréation. En effet, en France, comme dans d’autres pays d’Europe, l’âge de la première est en recul et se situe actuellement autour de trente ans alors que la décroît avec l’âge. Aux grossesses tardives s’ajoutent la chute, aujourd’hui avérée, de la masculine et les divers problèmes de stérilité féminine et masculine. Plusieurs études récentes ont souligné l’accroissement des problèmes d’infertilité chez les hommes, suggérant un lien avec des facteurs environnementaux et notamment avec l’exposition à certains , le tabac étant le principal de ces facteurs chez l’homme (impuissance, baisse de la ) et chez la femme, le fait d’être fumeuse multiplie par deux le risque d’être infertile. Un colloque sur ce sujet a été organisé en novembre 2008 par les ministères chargés de la santé et de l’écologie, l’Institut de recherche en santé publique et l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail. Toutefois, selon les spécialistes, les causes exactes de la diminution la individuelle des hommes sont difficiles à mettre en évidence. Le , le , l’alimentation, la diminution de l’ physique auraient aussi leur part de responsabilité. Fin 2008, la communauté des « spécialistes de la femme » (-obstétriciens et médicaux) a lancé un appel conjoint à tous les médecins français pour leur rappeler l’importance de la chute de la fertilité avec l’âge et attirer l’attention tant des médecins que des femmes sur les risques des grossesses tardives. Le collège national des et obstétriciens français a lancé en mars 2009 une campagne d’information sur tout le territoire. Son déploiement est encore en cours. Le rapport remis par l’office parlementaire des choix scientifiques et technologiques appelle à une campagne d’information et de prévention sur les effets néfastes de l’âge sur la fertilité. À la suite de la publication de ce rapport, le conseil d’orientation de l’Agence de la biomédecine, en collaboration avec l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé, s’est saisi de la question. Dans une réflexion préalable à toute action, il considère que le plus important est de rappeler aux jeunes couples qu’en matière de procréation « le temps perdu ne se rattrape pas toujours ». Il ajoute qu’il faut cependant être vigilant car la bienfaisance du message ne doit pas heurter l’autonomie des personnes. En effet, ainsi que cela est souligné dans le rapport de la mission parlementaire sur la révision des lois de bioéthique, une telle information, délivrée aux femmes et aux couples, ne doit pas être perçue comme une injonction à procréer. Une saisine du Comité consultatif national d’éthique sur les modalités de mise en oeuvre d’une telle information est d’ailleurs préconisée par la mission. Ce même rapport propose de développer la recherche sur les causes de l’infertilité, notamment environnementales et sanitaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

*